Colloque: Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle (1917-2017) – 7-9 juin 2017

Ce colloque porte sur la naissance d’une discipline, l’histoire des relations internationales, qui est née de l’effervescence intellectuelle qui a marqué la première guerre mondiale. Ni mausolée à la mémoire de deux historiens français, ni récit hagiographique d’une « école » historique française, le colloque aura pour objectif de replacer le parcours intellectuel et académique des deux historiens dans les débats intellectuels de leur temps. La construction méthodique de ce nouveau champ académique sera examinée dans le cadre d’une approche transnationale et comparative.

Télécharger le programme.

East Central Europe in the First Half of the 20th Century – Transnational Perspectives

Traditionally the decades of the first half of the 20th century appear as a period of nationalization
and de-globalization, and seems to be true also for the region East Central Europe. After World War I (Nation)states such as Poland, Hungary, and Czechoslovakia were (re)established after the monarchies of the Habsburgs, Hohenzollerns, and Romanovs had fallen apart. Wilsonian idealism, promoting national self-determination, gained a fertile ground. The 1930s were dominated by the Great Depression, autarkic economic policies and nationalist ideologies. Following World War II and in an ex-post perspective, these “national” lines of development were made more prominent in historical narratives
so that the whole period seemed as a “road from war to war”. In this reductionist view, aspects of continuities across the apparent historical breaks of 1914 / 18 or 1939 / 45 often are marginalized. What about the sense for the beginning of a “New Europe” in a “New World” after the break-up of the empires, or the openness of the moment felt by contemporaries once the wars were over? How changed the conditions under which people migrated? How enterprises gained new markets? How cultural exchange was revived? How territorialization processes were globalized? A transnational perspective can help to find answers concerning the region and the period under question in the conference.

Télécharger le programme

Appel à contribution: The International Echoes of the Commemorations of the October Revolution (1918-1990)

Organisation

Location & date

Switzerland, University of Lausanne, Géopolis (Room: 2227), 14-16 September 2016.

Organising Committee

J-F Fayet (Univ. of Lausanne) – Stéfanie Prezioso (Univ. of Lausanne) – Kevin Morgan (Univ. of Manchester) – Norman Laporte (Univ. of South Wales)

Scientific Committee

Dr. Marco Albeltaro (Univ. of Torino, Historia Magistrae. Rivista di storia critica), Prof. Korine Amacher (Univ. of Geneva), Dr. Bernhard Bayerlein (Ruhr-Univ. Bochum, dir. The International Newsletter of Communist Studies), Prof. Sophie Coeuré (Univ. Paris-Diderot), Prof. Angelo d’Orsi (Univ. of Torino, Historia Magistrae. Rivista di storia critica), Prof. Sabine Dullin (IEP Paris), Prof. Jose Maria Faraldo Farillo (Complutense Univ. of Madrid), Prof. José Gotovitch (Univ. Libre of Brussels), Prof. Gianni Haver (Univ. of Lausanne), Prof. Catherine Gousseff (dir. of Marc Bloch Center, Berlin), Dr. Alexander Hobel (Fondazione Istituto Gramsci), Dr. William A. Pelz (dir. Institute of Working Class History, Chicago), Prof. Silvio Pons (Univ. of Roma II, dir. of Gramsci Foundation), Dr. Tauno Saarela (Univ. of Helsinki), Prof. Emer. William H. Sewell Jr. (Univ. of Chicago), Prof. Brigitte Studer (Univ. of Bern), Prof. Emer. Ronald G. Suny (Univ. of Chicago), Prof. Alexandre Vatlin (Lomonosov Moscow State Univ.), Prof. Jean Vigreux (Univ. of Bourgogne, dir. ANR Paprik@2F).

Sponsors

Swiss National Science Foundation, University of Lausanne, Manchester University, the journal Twentieth Century Communism: a Journal of International History.

Publication

Publication of the Lausanne international conference proceedings in a special volume of the journal Twentieth Century Communism: a Journal of International History.

Publication Date: during 2017 (deadline for submitting papers November 2016). Additional publication could be considered depending on the number and quality of the papers presented.

Synopsis

It is necessary (for purely political reasons) to demonstrate to the diplomats and to members of the Communist International the strength of the Republic and the faith the masses of workers have in Soviet power.

Telegram from Trotsky to the CC of the PCR, 1920 F.17/60/163, RGASPI

My only consolation is that as celebrations are bourgeois institutions at which nobody tells the truth it perhaps just as well that I shall be at a safe distance

Letter from G. B. Shaw (who could not attend) to Polovtseva, 18.10.1927, F.5283/8/47, GARF

Commemorations express a political will to remember, a process that relies on establishing a mythologised historical referent. The Russian Communists were aware of the importance of this instrument for the implantation of a regime whose legitimacy was contested both domestically and abroad, and proceeded therefore to construct a new collective memory through the reordering of time around the regime’s founding act: the great socialist revolution of October. From 1918 on, 7 November was a day of celebrations: speeches, military parades, orderly marches, inaugurations of public monuments commemorative plaques, political carnivals, mass spectacles, and popular parties that united the peoples and territories of the Soviet Union in celebration of October. In addition to their domestic role in fostering unity, providing legitimacy, and facilitating internal mobilisations, the practices of commemorations also supported the regime’s international eminence, especially when it presented itself as a model for world revolution.

Inviting foreign dignitaries to celebrations of sovereignty is a tradition as old as diplomacy itself. However, assisted by their numerous political (the communist parties), trade-unionist, and above all associative conduits, in terms of both quantity (the number of persons invited) and quality (the methods of selecting candidates and their handling during the visit), the Soviets took this tradition to a whole new level. While in the first few years celebrations were a modest affair, a thousand foreign delegates are invited to the Soviet Union for the tenth anniversary of the revolution, celebrated in 1927. Unlike the ambassadors, these representatives of the international working class and progressive social forces are far from being passive spectators. Their status, however, is ambiguous. Invited as observers, they are expected to take sides, and then to commit themselves. They have a role in the October spectacle and its political usages. The Soviets intend to show the world that the USSR is not isolated, and that its international legitimacy extends beyond the limited gamut of its diplomatic relations. During this period, except for the duration of the “Great Patriotic War”, foreigners attend the celebrations every year, although at greatly varying numbers. After 1945, it becomes standard to invite the ambassadors posted to Moscow, the heads of friendly states (from Europe, Asia, and soon from Latin America), and the leaders of Communist parties. The circle of invitees traces the contours of, and the fluctuations in, Soviet foreign policy. Let us also highlight the return of youth and women delegations, as well as the presence of intellectuals. In the 1960s, the Red Square becomes an almost obligatory passageway for the representatives of the “progressive” movements of the Third World (the Vietnamese are the most regular, but one finds also Ethiopians, Somalians, and others). In 1977, the sixtieth anniversary parade is watched from the tribunes by over a hundred foreign delegations from left-wing formations, joined by the head of states of communist countries and by the president of Finland (U. Kekkonen). The number of attendees remains high for the seventieth anniversary a decade later and until the last commemoration, in 1990.

Commemorative events were also held outside the Soviet Union, constituting another aspect of the international reach of the October Revolution. Initially, they were small events, organised spontaneously—in Zurich in 1918, Turin 1919, Beijing 1923, but also in Prague, London, Paris, etc.— small street processions, lectures, discussions in factories, an evening at a community centre, evidence of the hopes the Revolution inspired beyond its borders. But in 1927, gigantic meetings take place in Berlin, Paris, London, New York, with workers’ banquets and the projection of Soviet films. An exhibition with fifteen pictures travels across Europe and the Americas under the title “ten years of socialist edification”. In many countries, workers organize strikes in solidarity with the Soviet working class. The internationalisation of the celebrations becomes progressively enmeshed in a very structured context that includes Soviet institutions (embassies, commercial services, and cultural missions), the Communist International, and the many mass organisation that orbit the Communist Parties—in the manner of, for example, the Friends of the Soviet Union. A similar development takes place in Russia: the chaotic, political and artistic carnival of the early commemorations is transformed with time into a very conventional, repetitive, and scripted display of militarism and patriotism. The commemorative date is fixed, but it is part of a changing commemorative calendar. At the beginning, 1 May remains the other great ‘proletarian commemoration day’. A focus on leaders and martyrs – the ‘3 Ls’ of Lenin, Luxemburg and Liebknecht – then shifts under Stalin to the leader’s birthday and a form of commemorative competition.

The military victories of the Soviet Union in the “Great Patriotic War” will lead to the further key commemoration day of 9 May. There is also the exportation of the soviet culture of commemoration, initially to the newly “liberated” areas, with celebrations of 7 November taking place across a Russia that extends from Kaliningrad to Sakhalin, as well as in the Baltic countries and in Moldavia. Next it is the turn of the people’s democracies to integrate the date of the October Revolution in their official calendar, and also to reproduce the Soviet commemorative model in the scope of their own national days, albeit with efforts to mark it with certain national variations. In the capitalist countries, the small communist organisations take advantage of the new prestige of the USSR, victor of the Great War, in order to hold modest commemorative events: concerts, theatre shows, lectures series, etc.

Finally, the spectacle of the celebrations is broadcast around the world, first by radio and news reels, and later by television. This was evidently the case with countries in the Soviet orbit. Like in many other people’s democracies, the television services of East Germany and Hungary broadcasted the ritual processions. But this mediated commemoration reached also into Western democracies. Every year in the US, regularly in France and Italy, less often in Switzerland, the October parades were rebroadcast on the national channels. The broadcasting of the military procession was incorporated into the setting of the Cold War, providing fodder for Western military experts and Kremlinologists. While the latter offered theories about the balance of power at the top of the hierarchy deduced from the seating arrangements on the Mausoleum’s balcony, the viewer could see the aging of the leaders, a metaphor for the regime itself, and the growing standardisation of the festivities, symbol of its advancing bureaucratisation. Everywhere, the commemorations represented a pertinent index of the political culture of the country that produces them.

Keywords for proposals (two primary axes)

1. The Participations of foreigners in the 7 November commemorations in the USSR

I. Foreigners invited to the USSR for the October celebrations

a. Workers delegations, by country, political and occupational categories, function, organizational type (sports, Esperanto-related, pacifist, women, youth, etc.)
b. Intellectuals, scientists, and progressive artists
c. Leaders of allied states: the Mongol Republic, European people’s democracies, North Korea, China, Cuba, African states, etc.
d. Military attachés, diplomats, government officers
e. Journalists
f. Undercover
g. Absentees (those who could not come, those who rejected the invitation)
h. Personal consequences of the visit: joining the party, promotion/exclusion in the trade union, job loss, etc.

II. The Soviet side: the inviting structure and the handling in situ

a. Organising committees
b. Welcome desk for the foreigners of the VOKS
c. The foreign relations committee of the trade unions
d. Communist International, Sportintern, KIM…
e. Culture Ministry
f. NKID-MID…
g. Translator-guides
h. Intourist
i. The political police (INO-Tcheka)

III. Activities – key moments – mandatory stations for the foreigners

a. The warm welcome: cheering crowds everywhere
b. The learning trip: the itineraries in the different republics
c. The organised tours:
d. Questions time: “tell us the truth comrades…”
e. The commemorative vigils: the stories of veterans, the shows put by worker clubs
f. The military parade, the marching columns and the popular holiday of 7
November
g. Activities upon return: written and oral testimonies

2. Celebrations of 7 November abroad: by country, type of place, and type of event

I. Commemorations in different territories

a. The big cities: Berlin in 1927, London, Paris, Rome, in the US, Beijing (from 1923 at the university)
b. Allied states: people’s democracies in Europe; in Asia: China, North Korea,
Vietnam; in Latin America: Cuba…
c. Africa:Ethiopia

II. Commemorations in Soviet spaces outside the USSR

a. Embassies
b. Cultural centres
c. Friend circles (Friends of the USSR)
d. The Communists Parties
e. Factories

III. Delegations and tours abroad: political, artists…

a. Official Soviet delegations
b. Lecture tours
c. Cultural events : exhibitions, concerts, and commemorative shows

IV. Opposition events

a. Takeoverorboycottofevents,dissidentevents
b. Anti-Soviet events
c. Competing events (Mensheviks, Trotskyist, etc.)

V. The commemorations in foreign medias

a. The foreign press
b. The foreign radio
c. The newsreels
d. The foreign television broadcasts
e. Films of October as international commemorative medium

VI. October in the communist calendar

a. Proletarian commemoration days
b. Heroes and martyrs as a focus for commemoration
c. Commemorative competition: 1 May, 9 May and the leader’s birthday

Paper Proposals

We invite submissions of proposals for papers on issues pertaining to the international echoes of the commemorations of the October revolution.

Priority will be given to proposals that emphasise long timeframes, use a comparative approach, involve the prosopography of attending delegates, or deal with the international circulation of commemorative practices.

Proposals should include the title of the presentation, an abstract, and a description of the sources. Length should be about 2500 signs. Proposal should be sent to: october17commemoration@unil.ch by 30 November 2015, together with a brief CV including the most important (maximum five) publications.

Financial Matters

In case of a proposal’s acceptation, the costs of the stay and the hotel will be covered. We kindly ask to use own funds for the travel costs. Only in case this should not be possible, coverage of the travel costs can be held in prospect.

Organisation, Networks and Policy-making in European Foreign Ministries in the Twentieth Century

Workshop 16-17 October 2015, University of Cambridge, Department of Politics and International Studies, Alison Richard Building, 7 West Road, Cambridge

Programme provisoire

  • Aballéa, Marion (IEP, Strasbourg), ‘Les services extérieurs de la diplomatie française entre expertise et marginalisation:l’exemple de l’ambassade de France à Berlin à la récomposition de l’ordre européen (1919-1932)’.
  • Bagnato, Bruna, (Florence), ‘Un renouvellement manqué. La diplomatie italienne de la chute du fascisme au traité de paix (1943-1947)’.
  • Badel, Laurence, (Sorbonne, Paris 1), ‘Around Olivier Wormser, the new influence of economic diplomats in French policy-making towards European integration (1930-1957)’.
  • Johnson, Gaynor, (Kent) ‘The Foreign Office and the concept of security, 1919-1947: variations from departments to personalities.’
  • Keiger, John (Cambridge), ‘Reforming the Quai d’Orsay during the Second World War: recruitment, training and mission’.
  • Lequesne, Christian, (Sciences Po, Paris) ‘Being a French diplomat in 2015: Recruitment, Career and Ideology’.
  • Obichkina, Evguenia, (MGIMO, Moscow),‘La prise de décision en matière de politique étrangère soviétique de Staline à Brejnev’.
  • Raineau, Thomas, (EUI, Florence), ‘“A conspiracy of like-minded men”. Le Foreign Office, Whitehall et l’unification de l’Europe, 1947-1957’.
  • Rolewicz, Adam, (Kent), ‘The « Grand Design »: The Foreign Office Western Department and an « Alternative Europe », 1957-9’.
  • Schroeder, Corinne, (Archives Nationales, Luxembourg), ‘Le développement du ministère luxembourgeois des affaires étrangères (1930-1973)’.
  • Vardabasso, Valentina (Sorbonne, Paris 1), ‘Le Ministère italien des affaires étrangères et l’élaboration de la politique européenne (1948-53)’.

Organisation, réseaux et élaboration de la politique dans les ministères des Affaires étrangères européens au vingtième siècle

Workshop 16-17 October 2015, University of Cambridge, Department of Politics and International Studies, Alison Richard Building, West Road, Cambridge

Ce workshop fait partie d’un projet de recherches, financé sur 4 ans par l’AHRC (Arts and Humanities Research Council, UK), intitulé « Réseaux et acteurs dans les ministères des Affaires étrangères britanniques et français : réactions a l’idée de l’intégration européenne de 1919 a 1957 » porté par Pr. John Keiger (Cambridge University) et Pr. Gaynor Johnson (Kent University).

Le projet cherche a vérifier la thèse selon laquelle dans les ministères des affaires étrangères britannique et français pendant la période de la fin de la Première guerre mondiale – moment où les idées d’intégration européenne étaient dans l’ascendant comme moyen de sécurité internationale et de prospérité – jusqu’à l’instauration des communautés européennes en 1957, les agents des administrations centrales étaient tout aussi importants que leurs chefs politiques dans la promotion ou l’obstruction de politiques menant a une plus grande intégration européenne. Deux problématiques émergent du projet :

  1. Comment étaient organisés les ministères des Affaires étrangères britanniques et français de 1919 a 1957 en ce qui concerne les questions liées a l’intégration européenne? Plus spécifiquement, parmi les départements des ministères des Affaires étrangères (par exemple en ce qui concerne le Foreign Office britannique le Central Department, le Western European Department et le League of Nations Department) lesquels étaient les plus puissants et influents dans la promotion de politiques pro-européennes ; de quelle manière la relation de pouvoir fluctuait-elle entre les différents départements sur la durée et avec quel effet sur la politique menée ?
  2. Qui étaient les agents de l’administration centrale qui formulaient les aspects clés de la politique en matière européenne ? Plus spécifiquement, quelles étaient les origines sociales et éducatives de ces acteurs diplomatiques ? Comment ce contexte culturel et cette formation ont-ils influencés leurs visions du monde et contribués à des réseaux formels ou informels d’agents ayant les mêmes idées et prônant des politiques similaires dans leurs administrations respectives ? Comment est-ce que tous ces facteurs pris ensemble ont-ils influencé la pensée et l’action des agents sur la question de l’intégration européenne ?

Ce workshop a l’intention d’élargir cette approche vers d’autres ministères des Affaires étrangères d’autres Etats européens au cours du 20e siècle, à travers des perspectives comparatives ou non.

Des communications d’une durée de 20 minutes pourraient, à titre d’exemple, s’adresser à:

  • l’organisation des ministères des Affaires étrangères ou leur réforme

  • l’éducation et les origines sociales des agents des administrations centrales ou des diplomates

  • réseaux et sociabilité dans le monde diplomatique

  • écoles ou académies de préparation et de formation diplomatique, concours d’entrée à la carrière diplomatique et consulaire

  • l’impact de l’idée européenne sur les agents diplomatiques

  • l’influence d’autres ministères ou agences (finances, commerce, défense, banques centrales) sur les politiques d’intégration européennes

  • le processus de formulation de la politique dans les ministères des affaires étrangères (policy-making processes)

  • les ‘frictions bureaucratiques’ (bureaucratic politics) et politiques de blocage dans les ministères des affaires étrangères

Les langues de travail du workshop seront l’anglais et le français. Merci de bien vouloir envoyer le résumé de votre communication (une page A4 environ) en français ou en anglais avec un court C.V. d’ici le 15 août 2015 à jk586@cam.ac.uk. Un conseil scientifique sélectionnera les communications.

Appel à contribution: Defis internationaux et emergence d’un espace public en Europe depuis les annees 1970

Journées d’études de l’Institut historique allemand Paris en coopération avec le laboratoire d’excellence «Écrire une histoire nouvelle de l’Europe» et le réseau franco-allemand « Saisir l’Europe »18−19 juin 2015, Paris Date limite de candidature: 27 avril 2015.

L’historiographie des relations internationales en Europe après 1945 reste dominée par une focalisation sur les relations bilatérales et sur l’histoire politique. La création progressive d’un espace européen de communication depuis les années 1970 invite cependant à un changement de perspective, qui consiste à revoir l’étude du processus décisionnel, en mettant la société civile comme point de départ. Dans cet espace de communication émergent, on peut en effet constater des convergences dans les débats qui ont eu lieu dans différents pays européens sur des questions à caractère transnational. Il semble par conséquent utile de s’intéresser à ces convergences et de s’interroger sur l’impact qu’elles ont pu avoir sur les décisions politiques tant au niveau national qu’au niveau européen. Les problèmes environnementaux constituent une question à caractère transnational par excellence. En effet, la protection de la nature voire de l’héritage naturel ou bien l’approvisionnement en énergie, notamment l’utilisation de l’énergie nucléaire, ont suscité et suscitent toujours un vif intérêt dans l’opinion publique partout en Europe. Bien que ces questions aient, depuis les années 1970, fortement gagné en importance dans l’espace public, il semble important de ne pas négliger la dimension de longue durée, inhérente à ces questions. Les contributions devraient s’intéresser à un ou plusieurs des points mentionnés ci-dessous :

  • la perception des questions transnationales dans les différents espaces nationaux de communication (p.ex. études comparatives de discours et de sémantique)
  • la circulation d’idées, de concepts et de schémas de perception entre les différents espaces nationaux de communication
  • les activités des associations ou des ONG qui se sont engagées en faveur de problèmes environnementaux ou d’autres problèmes à caractère transnational dans un ou plusieurs pays européens
  • les institutions et les personnes qui ont servi d’intermédiaire, de manière délibérée ou nonconsciente, entre les différents espaces nationaux de communication
  • le travail parlementaire, tant au niveau national qu’au niveau européen, qui s’est emparé de tels problèmes et qui a réagi à l’opinion publique et/ou aux activités des ONG, faisant entrer de cette manière des sujets et des revendications concrètes dans le circuit de la décision politique
  • les conséquences de telles convergences sur l’agenda politique des différents gouvernements et chefs d’État ainsi que sur celle des institutions européennes
  • les conditions et les délais dans lesquels les questions d’intérêt public, comme par exemple les problèmes environnementaux, peuvent devenir des objets de la politique européenne
  • les sujets en lien avec l’Allemagne et/ou la France sont appréciés, mais pas obligatoires.

Ce workshop se situe dans le cadre d’un nouveau projet de recherche de l’Institut historique allemand Paris en coopération avec le laboratoire d’excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe ». Pour en savoir plus sur ce projet, consulter la rubrique « Recherche » sur le site web de l’institut, www.dhiparis.fr . Font partie du comité scientifique pour ce workshop : Éric Bussière (univ. ParisSorbonne/LabEx EHNE), Anahita Grisoni (« Saisir l’Europe »), Hélène Miard-Delacroix (univ. ParisSorbonne/LabEx EHNE) et Christian Wenkel (IHA). Cet appel à contribution s’adresse prioritairement à des jeunes chercheurs (étudiants avancés en Master 2, doctorants et post-doc). Les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par l’IHA. La langue de travail sera le français, des communications en anglais seront toutefois acceptées. Merci de bien vouloir envoyer votre candidature (une page A4 environ) en français, en allemand ou en anglais avec un court C.V. (merci d’indiquer vos compétences linguistiques) dans un seul fichier PDF d’ici le 27 avril 2015 à cwenkel@dhi-paris.fr. Les candidats sélectionnés seront invités à envoyer leur communication d’ici le 8 juin 2015 au plus tard.

Colloque: Sociabilités et réseaux diplomatiques européens de 1919 à nos jours

Bruxelles, Académie Royale de Belgique (Cycle du Collège Belgique). 20-21 mars 2015.

Vendredi 20 mars 2015

  • 8h45-9h – Accueil des participants
  • 9h00-9h15 – Discours d´ouverture par Michel DUMOULIN, Professeur émérite à l’Université Catholique de Louvain, membre de l’Académie royale de Belgique

9h15-9h45 – Introduction du colloque par les organisateurs

  • Vincent GENIN, Université de Liège
  • Thomas RAINEAU, Paris IV-Sorbonne / Institut Universitaire Européen
  • Matthieu OSMONT, Institut culturel franco-allemand de Tübingen

9h45-10h15 – Conférence inaugurale

Laurence BADEL, Professeur à Paris I-Panthéon Sorbonne: Pratiques diplomatiques et « nouvelles relations internationales »

10h15-10h45 – Pause-café

10h45-13h – La diplomatie traditionnelle remise en question ?

Présidence : John KEIGER (Université de Cambridge). 

  • 10h45-11h30 Marion ABALLEA (IEP Strasbourg) : L’ambassade de France à Berlin au lendemain de la Première Guerre mondiale : bastion de la tradition diplomatique à l’heure de la « nouvelle diplomatie » ? (1919-1933)
  • 11h30-12h15 – Renaud MELTZ (Université de Polynésie) : Les diplomates français et l’opinion publique dans l’entre-deux-guerres : le cas de la non-intervention dans la guerre civile espagnole
  • 12h15-13h00Radu Albu COMANESCU (Université de Cluj-Napoca) : Diplomacy : Building Europe through Family and Friends

Déjeuner 13h-14h15

14h15-18h30 – Nouveaux acteurs et réseaux

Présidence : Philippe RAXHON (Université de Liège)

  • 14h15-15h00Judith BONNIN (Université Paris VII) : D’une politique européenne partisane à une diplomatie d’État : sociabilités, réseaux et pratiques diplomatiques des socialistes français entre 1971 et le début des années 1980
  • 15h00-15h45Sonja GROSSMANN (Université de Tübingen) : Diplomates publics entre Est et Ouest : Les Associations d’amitié avec l’URSS en Europe occidentale
  • 15h45-16h30 – Victor FERNANDEZ-SORIANO (Université Libre de Bruxelles) : Le Mouvement Européen contre la dictature franquiste (1962). Une diplomatie européenne parallèle ?

16h30-17h00 – Pause-café

17h00-18h30Table-ronde sur les mutations post-1989 des diplomaties d´Europe centrale et orientale

Sous la présidence de Christian LEQUESNE (Sciences Po / CERI).

Avec la participation de :

  • M. Pavel Fischer, Consultant, ancien directeur politique du Ministère  tchèque des affaires étrangères, ancien ambassadeur de la République tchèque en France, ancien Conseiller diplomatique du Président Vaclav Haval.
  • Dr András Balogh, historien, chargé d’affaires et envoyé extraordinaire de la République de Hongrie en Belgique, ancien ambassadeur de la République de Hongrie en Thaïlande (sous réserve)
  • S. E. Raoul Delcorde, Ambassadeur du Royaume de Belgique au Canada, ancien ambassadeur en République de Pologne, chargé de cours à l’Université catholique de Louvain

Samedi 21 mars 2015 – Les nouvelles enceintes européennes et internationales

Matin 9h15-10h45 – Présidence : Eric BUSSIÈRE (Paris IV Sorbonne)

  • 9h15-10h00 – Emmanuel MOURLON-DRUOL (Université de Glasgow) : Éduquer à l’Europe? Le conseil européen comme instrument de socialisation des chefs de gouvernement aux rouages de la CEE/UE (1974-1992)
  • 10h-10h45 – Benedetto ZACCARIA (Université de Padoue) : The European Commission as a Cold War player. The case of EEC-Yugoslav relations during the 1970s

Pause : 10h45-11h15

Matin 11h15-12h45 – Présidence : Catherine LANNEAU (Université de Liège)

  • 11h15-12h00 – Noël BONHOMME (Paris IV Sorbonne) : Le Groupe des Sept et les deux Europes: « grandes » et « petites » diplomaties européenne face aux impératifs de la gouvernance gobale (années 1970-1980)
  • 12h00-12h45 – Simon GODARD (Paris I Panthéon Sorbonne) : Le Conseil d’Aide Économique Mutuelle (CAEM) et la construction d’une diplomatie économique parallèle dans l’Europe socialiste (1962-1989)

Déjeuner 12h45-14h15

14h15-16h30 – D’autres voies de la diplomatie

Présidence : Michel DUMOULIN (Université Catholique de Louvain)

  • 14h15-15h00 – Olivier SIBRE (Paris IV Sorbonne) : Les diplomates du Saint-Siège : un corps singulier en mutation ? (1919-2005)
  • 15h00-15h45Alexandre BOZA (CHSP – Sciences Po – Paris) : Représenter l’humanité : les diplomates français et la promotion des droits de l’homme au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Conclusions du colloque. 15h45-16h15

  • Vincent GENIN, Université de Liège
  • Thomas RAINEAU, Paris IV-Sorbonne / Institut Universitaire Européen
  • Matthieu OSMONT, Institut culturel franco-allemand de Tübingen

In memoriam: Jacques Bariéty

Auteur: Chantal METZGER (Professeur émérite des Universités)

Notre association vient de perdre en la personne de Jacques Bariéty son président honoraire. Il fut surtout, de 1982 à 2010, le dynamique président de l’Association internationale d’histoire contemporaine de l’Europe, fondée en 1969 par Fernand L’Huillier après le printemps de Prague pour permettre aux historiens de l’Europe de l’Est de maintenir et de développer les contacts avec leurs collègues occidentaux. Grâce à son action, l’AIHCE est devenue un lieu scientifique privilégié de rencontres et d’informations entre professeurs et chercheurs de haut niveau travaillant sur l’histoire des relations internationales en Europe de 1815 à nos jours. Grâce à son action également, notre association s’est ouverte davantage aux pays de l’Est de l’Europe après 1989/1990. Il a toujours continué après avoir quitté la présidence de l’AICE à s’intéresser à ses activités.

Né à Paris le 11 janvier 1930, Jacques Bariéty nous a quittés le 20 novembre 2014, à la veille de son 85ème anniversaire. Fils d’un célèbre médecin pneumologue, il a fréquenté les Lycées Condorcet et Henri IV avant de se consacrer à sa passion, l’histoire, et de commencer ses études à la Faculté des Lettres de Paris.

Agrégé d’histoire, il a entamé une longue carrière d’enseignant dans l’Est de la France (lycée de Nancy en 1954) tout en débutant ses recherches sur les relations franco-allemandes et l’histoire de l’Allemagne. Ses premiers écrits portent sur Franz von Papen et l’accession de Hitler au pouvoir. Dès 1957, il participe aux travaux de la Commission interalliée d’étude des archives allemandes séquestrées à Whaddon Hall (Grande-Bretagne) aux côtés d’historiens américains et britanniques. Il se rend ensuite en Allemagne où il enseigne à l’Institut français de Bonn (1959) et devient, l’année suivante, membre de la Commission internationale de publication des archives diplomatiques allemandes. De 1968 à 1971, il dirige l’Institut français de Francfort-sur-le-Main.

Il entre dans la carrière universitaire en occupant, à son retour d’Allemagne en 1971, le poste de Maître assistant à la faculté des Lettres de Metz, avant de rejoindre l’université de Strasbourg où il occupera les fonctions de Directeur de l’Institut d’histoire contemporaine à partir de 1975. Il est nommé en 1979, Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris IV-Sorbonne et y restera jusqu’à son départ en retraite en 1996. Il était Professeur émérite.

Ses travaux portent tous sur les relations franco-allemandes. Sa thèse d’Etat sur Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale fut couronnée par le prix Gobert de l’Académie française en 1977. Il publie de nombreux livres avec ses collègues, Raymond Poidevin, Les relations franco-allemandes de 1875 à 1977, Jacques Droz, République de Weimar et régime hitlérien, Jean-Marie Valentin et Alfred Guth, La France et l’Allemagne entre les deux-guerres mondiales ; Pierre Miquel, Journal de Raymond Poincaré de 1919 ; René Pillorget, France-Bavière, allers-retours, 100 ans de relations franco-bavaroises. La plupart d’entre eux sont utilisés par des générations d’étudiants et prouvent aussi qu’il était très apprécié de ses collègues, spécialistes des relations franco-allemandes.

Il a aussi contribué à la publication de nombreux colloques de l’AIHCE et notamment à celui consacré à Aristide Briand, la Société des nations et l’Europe (1919-1932) en 2007. En 2011 paraissait son dernier livre, A la recherche de la paix France-Allemagne un commentaire des cahiers d’Oswald Hesnard, conseiller et ami d’Aristide Briand. Tous ces travaux illustrent l’importance et l’impact de son œuvre scientifique.

Reconnu au niveau national et international comme un grand spécialiste de l’Allemagne, J. Bariéty fut responsable de la publication des Documents diplomatiques français (années 1920), membre de la commission des archives du ministère des Affaires étrangères (1975-2011) et de 1981 à 2004, conseiller historique auprès du ministère des Affaires étrangères.

Son autorité scientifique le conduisit également à assumer diverses responsabilités au niveau universitaire puisqu’il fut membre élu du Comité consultatif des universités (1973-82) et du Comité national du CNRS (1976-82), et auditeur à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) (1980-1981).

Il était très apprécié de ses collègues et entretenait des relations notamment au sein de l’AIHCE avec des chercheurs de tous les pays d’Europe, mais aussi des Etats-Unis, du Canada et du Japon.

Par son enseignement, ses ouvrages, ses activités auprès de nombreuses instances, sa présence au sein du Comité scientifique de nombreuses revues, il a contribué à la formation de plusieurs générations d’historiens. Ils n’oublieront pas sa direction de recherche, ses interventions dans les soutenances, dans les débats, la fidélité de sa participation aux réunions organisées par les jeunes chercheurs. Cet historien, d’une immense culture, toujours clair et précis dans ses communications et ses interventions, a grandement contribué à faire connaître l’histoire des relations internationales à travers l’exemple franco-allemand dans le monde entier. Tous ses collègues, dont de ses nombreux anciens élèves, comme moi, sont infiniment touchés par cette perte.

Contrats doctoraux : « Défis internationaux et émergence d’un espace public en Europe depuis les années 1970 » (Institut historique allemand)

Durée : 01/10/2014–30/09/2017
Date limite de candidature : 22/06/2014

Version allemande.

Descriptif

Logo de l'Institut Historique Allemand à ParisInstitution : Institut historique allemandDans le cadre d’un nouvel axe de recherche, l’Institut historique allemand (IHA) à Paris offre pour l’automne 2014 des contrats doctoraux sur le thème «Défis internationaux et émergence d’un espace public en Europe depuis les années 1970». Les recherches porteront sur la question des convergences dans la perception des défis internationaux en Europe, ainsi que sur la définition d’une politique européenne qui en résulte. Il s’agira de mettre à l’épreuve la pertinence de cette approche pour décrire l’histoire européenne récente, en prenant pour exemple les questions environnementales. Les candidats traitant d’un point de vue historique l’émergence d’un espace public en Europe dans d’autres domaines sont également les bienvenus. Les sujets en lien avec l’Allemagne et/ou la France sont appréciés, mais pas obligatoires.

Le contrat doctoral vise à l’élaboration d’une thèse dans le cadre d’un projet de recherche lancé au printemps 2014 sous la direction de Christian Wenkel à l’IHA, en coopération avec les professeurs Éric Bussière et Hélène Miard-Delacroix, du laboratoire d’excellence Écrire une histoire nouvelle de l’Europe. Le présent appel à candidatures s’adresse au premier chef aux doctorants qui se trouvent au début de leur travail. Le poste est à pourvoir si possible au 1er octobre 2014. Avec Christian Wenkel, les doctorants constitueront un groupe de recherche auquel peuvent participer également des personnes dont les travaux sont financés par une autre structure. L’inscription en doctorat doit être faite dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou en Allemagne et ne peut pas être réalisée à l’IHA. Tout accord de cotutelle entre un établissement allemand et établissement français est bienvenue.

Le contrat doctoral de droit français est conclu pour une durée de trois ans. La rémunération mensuelle s’établit à 1 818 € brut (assurances maladie, vieillesse et chômage françaises incluses). L’IHA met à disposition un poste de travail dans ses locaux, ainsi que les infrastructures de l’institut.

Les doctorants s’engagent à participer activement aux travaux et manifestations de l’IHA et notamment du groupe de recherche. Les candidats doivent maîtriser l’allemand ou le français et posséder de solides notions dans l’autre langue.

Pour en savoir plus sur le projet «Défis internationaux et émergence d’un espace public en Europe depuis les années 1970», consulter la rubrique «Recherche» sur le site Web de l’institut. Pour toute question de fond sur le projet de recherche, contacter Christian Wenkel (cwenkel [at] dhi-paris [point] fr). Les requêtes administratives doivent être adressées à Stefan Martens, directeur adjoint de l’IHA et directeur du département Histoire contemporaine (smartens [at] dhi-paris [point] fr).

Modalités de candidature

Merci de bien vouloir envoyer votre candidature avec votre C.V., les copies de vos diplômes, l’exposé de votre projet de thèse accompagné d’un calendrier et d’indications sur les sources pertinentes pour votre travail (4 pages max.), ainsi que les coordonnées de deux personnes de référence d’ici au 22 juin 2014, par e-mail uniquement (dans un seul fichier PDF) au directeur de l’IHA, M. Thomas Maissen (bewerbung [at] dhi-paris [point] fr). Les entretiens de recrutement se tiendront probablement du 7 au 9 juillet 2014.

Contact

Christian Wenkel
8 rue du Parc-Royal
75003 Paris
+33 1 44 54 23 80
+33 1 42 71 23 90
cwenkel [at] dhi-paris [point] fr

Hommage à Fritz Klein – Für Fritz Klein

Le professeur Fritz Klein a été membre du Bureau de l’AIHCE de 1980 à 2005. Il en était depuis membre honoraire. Le texte qui suit a été écrit par Frank Hadler. Nous le publions ici avec son aimable autorisation. Un autre texte, écrit par Frank Hadler et Carole Fink, est disponible sur le site de l’AHA.


Berlin, 24.6.2011, 11 h

Liebe, hoch verehrte Frau Klein,

liebe Familie Klein,

sehr geehrte Damen und Herren

Historiker haben es gut. Sie entdecken Spuren der Vergangenheit und können dabei Spuren für die Zukunft hinterlassen. Prof. Fritz Klein ist ein bedeutender Spurenleser und Spurenleger – gewesen. Dieser im Präsens begonnene Satz muss seit einem Monat ins Präteritum gesetzt werden. Gleichwohl, es soll das Imperfektum sein, die unvollendete Vergangenheit, in der wir an den Kollegen, Freund und Lehrer Fritz Klein denken.

Im ersten Entwurf der „Gedanken zum Konzept einer Autobiographie“, getippt vor inzwischen eineinhalb Dekaden, umriss Fritz Klein, was er in seinen ein paar Jahre später erschienenen Erinnerungen nachzuzeichnen gedachte: „den Lebensweg eines Mannes, der auch heute noch einsehbare Gründe hatte, seinen Weg so zu gehen, wie er ihn gegangen ist“. Diesen nun, nach fast 87 Jahren an ein Ende gekommenen Weg nicht rundheraus erfreulich lang zu nennen, wäre wohl unangemessen, vielleicht auch einfach falsch. Nichts desto trotz war die Todesnachricht ein Schlag und alle, die das Glück hatten, Fritz Kleins Weg zu kreuzen, ein Stück zu teilen oder gar über weite Strecken mit ihm zu gehen, werden sich inzwischen vielfach Gedanken über die gemeinsam erlebten Zeiten und Momente gemacht haben.

Nun ist die Vermutung sicher nicht ganz abwegig, dass dabei selbst im großen Familienkreis vor allem der Historiker Fritz Klein die jeweils ganz persönlichen Reminiszenzen bestimmt. Mithin ist es vielleicht gut und in geboten breiten Pinselstrichen auch angemessen, noch einmal wesentliche Felder zu umreißen, die sein nachhaltiges Wirken als Geschichtsforscher, –schreiber und –vermittler bestimmten.

Zur historischen Primärerfahrung wurde fraglos der Weltkrieg. Diesen hat er freiwillig als Soldat erlebt und an der Ostfront leicht verwundet überlebt. Sich nach Kriegsende jenen politischen Kräften anzuschließen, die für den Aufbau eines neuen Deutschlands standen, das konsequent mit den kriegerischen Traditionen brach und sich mit seiner Vergangenheit kritisch auseinander setzte, war für Fritz Klein ein Gebot der Stunde. Zweifellos von seinem Pflegevater Wilhelm Deiters für die Welt der Pädagogik sensibilisiert, wollte er Lehrer werden. Gleich nach ihrer Wiedereröffnung studierte er Geschichte an der Berliner Alma Mater die nun die Namen der Humboldts trug. Hier wurden die zunächst in Unterzahl lehrenden Marxisten nach eigener Aussage „prägend“ für seine „Vorstellungen von Verlauf und Inhalt der Geschichte“. Das traf vor allem auf Alfred Meusel zu. Als kritischer Doktorvater begleitete Meusel die Entstehung einer zu Studienende verteidigten Dissertation über die deutsch-sowjetischen diplomatischen Beziehungen. Noch 1952 erschien sie in der heute Schwindel erregenden Auflage von 10.000 Exemplaren, die sich auch noch binnen kurzem restlos verkauften, was den Verlag zu einer sofortigen Zweitauflage veranlasste.

Die erste Veröffentlichung war dieses Buch freilich nicht, denn schon als Student hatte Fritz Klein begonnen, für die „Weltbühne“ und andere Zeitschriften zu schreiben. Den Drang und das Talent, sich wieder und wieder mit publizistischen Wortmeldungen in die Debatten seiner Zeit einzubringen –bis zuletzt als eifriger Leserbriefschreiber -, hatte er offenbar von seinem früh verstorbenen Vater mitbekommen. Bis 1933, als er aus politischen Gründen daran gehindert wurde, hatte Dr. Fritz Klein sen. als Chefredakteur der einflussreich-konservativen „Deutschen Allgemeinen Zeitung“ gewirkt. 20 Jahre später war Dr. Fritz Klein jun. selbst Chefredakteur und stand an der Spitze der gerade gegründeten „Zeitschrift für Geschichtswissenschaft“. Welche Gedanken werden ihm durch den Kopf gegangen sein, als er in den widersprüchlichen Turbulenzen der ostmitteleuropäischen Entstalinisierungskrise von 1956/57 ebenfalls aus politischen Gründen gezwungen wurde, seinen Posten aufzugeben?

Die Binsenweisheit, dass jedes Ende zugleich ein Anfang ist, bewahrheitet sich auch in politisch unruhigen Zeiten, denn nun, als Mitarbeiter am Institut für Geschichte der Deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin begann das eigentliche Geschichtsforscherdasein des Fritz Klein. Nicht die Geschichte des selbst erlebten zweiten Weltkrieges, sondern die des ersten Großen Krieges des vergangenen Jahrhunderts wurde zu einer Art Generalthema seines so unermüdlichen wie erfolgreichen Spurenlesens und Spurenlegens. Als Leiter der „Arbeitsgruppe Erster Weltkrieg“ zeichnete er verantwortlich für das kollektive Buchprojekt „Deutschland im Ersten Weltkrieg“. Es erschien dreibändig ab 1968. Dass es sich bei dem Klein’schen Dreibänder um eine bleibende Leistung der DDR-Historiographie handelt, ist vieler orten und völlig zu recht immer wieder betont worden.

Mit seinen Arbeiten über die Kriegsschuldfrage, die von einer aktiven Teilhabe an der Fischer-Kontoverse gekennzeichnet waren und die ihn ungeachtet aller politischer Divergenzen mit so unterschiedlichen Kollegen wie Fritz Stern und Fritz Fellner in eine Reihe zur Unterstützung von Fritz Fischer stellte, habilitierte sich Fritz Klein 1968. Dies passierte  an der Universität Leipzig bei Walter Markov. Der weltweit agierende und anerkannte Ordinarius für Allgemeine Geschichte empfahl seinen Habilitanden an die School of Advanced International Studies in Washington D.C., was Prof. Fritz Klein 1975 für mehrere Monate in jenes Land brachte, das Günter Kunert ein Jahr zuvor in seinem Bericht „Der anderen Planet“ nannte.

Markov, der 1968 zu den Mitgründern einer als „Amical“ von Zeithistorikern aus Ost und West gedachten Vereinigung gehörte, aus der 1980 die dem Welthistorikerverband affiliierte Association internationale d’historie contemporaine de l’Europe , kurz AIHCE, hervorging, machte Fritz Klein 1982 zu seinem Nachfolger in dessen Bureau genanntem Leitungsgremium. Auf vielen AIHCE-Tagungen wie auch auf den insgesamt neun von ihm besuchten Welthistorikerkongressen galt der Historiker aus der DDR als international renommierter Fachmann, kritischer Kommentator und gefragter Gesprächspartner.

Ohne davon viel mehr als einen Hauch Ahnung zu haben, lernten wir jüngeren Fritz Klein ungefähr vor einem Drittel bis einem Viertel Jahrhundert als Historiker in der DDR kennen. Er war Chef des Bereiches Allgemeine Geschichte und wir wirklich noch jung. Er zeigte uns Offenheit für die Welt, bevor sie offen für uns war, ließ uns viel Freiraum bei der Themenwahl unserer Dissertationen, lehrte uns, in allen Diskussionen stets noch ein möglichst gutes Argument bis zum Schluss in petto zu behalten, nahm uns mit auf Konferenzen der „hochlöblichen“ AIHCE, half uns beim Durchboxen kritischer Texte für unseren Geschichtskalender im Dietz-Verlag – kurz machte uns fit für die Academia, die in der DDR gleichwohl zunehmend verkrustete und alsbald, wie das Land auch, in Auflösung geriet. So nimmt es eigentlich nicht Wunder, dass der „Jemand“, der nach seinem Erinnerungen Ende 1989 vorschlug, man solle ihn aus dem gerade begonnen Rentnerdasein „reaktivieren und zum Direktor berufen“ einer der ganz jungen war. Das es so kam, war ein Glück in vielfacher Hinsicht – ersparte dem Institutsdirektor Fritz Klein aber nicht, am 16. Dezember 1991, wenige Tage vor dem aufgrund eines Wissenschaftsratsvotums beschlossenen Ende des Instituts für Allgemeine Geschichte eine, wie er zugab, „seiner schwersten Reden zu halten“ – die Abschiedsrede.

Ein Abschied aber war es nicht, denn wie in der Nachbemerkung seines Buches angedeutet, blieb er mit Freunden und ehemaligen Kollegen in Kontakt, die ihm beim Schreiben halfen, „diesen oder jenen Vorgang“ zu rekonstruieren. Vielen von Ihnen, meine Damen und Herren werden sich an die Telefonate erinnern, die stets mit der Frage eingeleitet wurden: “Du, sag, störe ich gerade?“, um dann in oft lange Erörterungen der früher gewesenen und damals seienden Lage überzugehen. Nicht zuletzt hierdurch wird er uns als Mann von großer Redlichkeit und freimütig mitgeteilter Nachdenklichkeit in Erinnerung bleiben.

Frank Hadler                                                      Berlin, Pankow-Rosenthal, 19. Juni 2011

AIHCE

Le carnet de l’Association internationale d’histoire contemporaine de l’Europe (AIHCE), organisation affiliée au Comité international des sciences historiques, présentera l’association, ses activités, ses actualités, et fera la promotion des activités de ses membres. Ce carnet sera centré sur le coeur de l’AIHCE, c’est-à-dire l’histoire contemporaine de l’Europe