Procès Verbal: Assemblée générale du 17 octobre 2015

Procès Verbal de l’assemblée générale
Université de Cambridge
West Road 7
Department of Politics and International Studies, salle G 2 17
17 octobre 2015 – 14 H. 30

Télécharger le procès verbal | English version.

Le professeur John Keiger, Président de l’Association, salue les membres présents et évoque la mémoire de Jacques Bariéty, président de l’Association de 1983 à 2010, disparu en 2014. Il évoque ensuite le dépôt des archives de l’AIHCE en possession de M. Bariéty aux Archives diplomatiques du Quai d’Orsay à la Courneuve. Saisi par les services des Archives sur les modalités de la consultation, le président sollicite l’avis de l’Assemblée générale. Il est décidé de laisser les archives de l’AIHCE ouvertes à la consultation, à condition qu’une demande en ce sens soit adressée au Président de l’AIHCE.

Le professeur John Keiger passe ensuite au point 1 de l’ordre du jour.

1 – Bilan des activités

Le président rappelle :

  • La réunion du bureau de Munich en janvier 2011, à l’invitation de M. Horst MÖLLER, à l’Institut für Zeitgeschicjhte. Elle fut couplée avec une journée d’études sur la politique extérieure de la France dans la Guerre froide.
  • Une Réunion en 2012 à Strasbourg a porté sur les problèmes de transfert de la trésorerie de LCL à La Banque postale
  • Une réunion à Paris en 2014, entre le président, la trésorière et le secrétaire général a permis d’envisager le règlement des questions financières et de discuter des projets de l’AIHCE. Elle a été suivie en janvier 2015 d’une réunion entre la trésorière et le président sur le changement de banque.
  • Une réunion de bureau, le 12 mars 2015, à Paris a permis de faire le tour d’horizon des chantiers de l’association et de préparer l’AG de Cambridge

Il présente ensuite les activités scientifiques et souligne la publication à la fois des actes du colloque d’Amsterdam (Formation et décomposition des Etats nations, sous la direction de Mrs Fleury, Kovacs, Schramm et Knipping), et des actes de Luxembourg (Les mutations de la sidérurgie mondiale sous la direction de Charles Barthel). Ces actes ont été publiés dans la collection de l’Association « L’Europe et les européens », chez Peter Lang. Deux manifestations scientifiques ont été organisées à Munich en janvier 2011 et à Cambridge en octobre 2015. Cette dernière manifestation donnera lieu à publication dans la collection de l’Association.

Il souligne ensuite le travail de rénovation du site web entrepris par Frédéric Clavert (maître assistant à Lausanne), dont il relève la réactivité et la compétence. Nous disposons ainsi d’un site web adapté. Il s’agit maintenant de l’alimenter.

Enfin le président rend compte des contacts qu’il a développés avec l’Association des jeunes chercheurs en histoire européenne (RICHIE) et plus particulièrement Christian Wenkel. Les rencontres régulières ont permis des renvois d’un site internet vers l’autre, de réfléchir à l’intégration de membres de RICHIE à nos activités et de participer pour l’AIHCE à leurs activités. Cette coopération se traduit par l’arrivée de représentants de RICHIE au bureau de l’AIHCE.

2 – Bilan Financier

Parole est ensuite donnée à Madame le professeur Chantal Metzger, trésorière de l’Association. Elle rappelle les difficultés liées au changement de banques, puis expose la situation financière. Elle distribue aux membres présents un bilan financier. Il figure en annexe au présent PV.

Au 14 octobre 2015 :

  • Sur le livret : 21 000 Euros
  • Sur le compte courant : 430,92 Euros

Elle évoque ensuite la question du montant des cotisations. Elle propose le renouvellement à l’identique, à savoir :

  • 30 Euros pour un an, et 50 Euros pour deux années pour les membres établis
  • 20 Euros pour un an, et 30 Euros pour deux années pour les étudiants, les doctorants, post-docs et contrats précaires

Il est également décidé que cotisations ne seraient pas prélevés pour 2015, compte tenu du peu d’activités, mais à partir de 2016.

3 – Quitus à la trésorière

L’Assemblée générale donne à l’unanimité quitus à la trésorière.

4 – Renouvellement du bureau

Un certain nombre de membres du bureau quitte l’instance : Franz Knipping, Horst Möller, Ion Bulei, Dusan Kovacs, Charles Barthel, et Jean-François Fayet. Les autres membres du bureau restent candidats à leur succession : John Keiger, Chantal Metzger, Bruna Bagnato, Evguenia Obitchina, Christine Manigand, Thomas Schramm, Frank Hadler, Jean-François Eck et Sylvain Schirmann.

Trois collègues ont envoyé une lettre de candidature au bureau. Il s’agit d’Emmanuel MOURLON-DRUOL (Université de Glasgow), de Frédéric CLAVERT (Université de Lausanne) et de Gjergely FEJERDY (Université de Budapest).

Un débat s’engage ensuite sur l’absence de représentants de certaines aires européennes ou celle d’historiens hors d’Europe travaillant sur l’Europe. Il revient aux membres du bureau de procéder par cooptation pour élargir le bureau aux collègues de ces espaces. Des contacts sont ainsi à prendre en direction de l’Europe centrale et orientale, vers la péninsule ibérique, l’Europe scandinave et vers des collègues extra-européens. Frank Hadler se propose de sonder des collègues d’Europe centrale et orientale. Des pistes ont été évoquées pour l’Espagne (Munez de St jacques de Compostelle) et le Portugal (José Magone). Une prochaine réunion du bureau fera le point de ces contacts et prendra la décision d’accueillir les nouveaux entrants.

La discussion achevée, l’AG passe au vote des membres du bureau. Sont reconduits à l’unanimité les candidats mentionnés ci-dessus : J. Keiger, C. Metzger, B. Bagnato, C. Manigand, E. Obitchina, T. Schramm, F. Hadler, J.F. Eck, S. Schirmann. Sont élus à l’unanimité pour la première fois au bureau : E. Mourlon-Druol, F. Clavert, G. Fejerdy

Le bureau nouvellement élu se répartit ensuite les fonctions. Sont ainsi désignés :

  • John KEIGER, Président de l’AIHCE
  • Thomas SCHRAMM, Vice-Président de l’AIHCE
  • Chantal METZGER, Trésorière de l’Association
  • Sylvain SCHIRMANN, Secrétaire général
  • Frédéric CLAVERT, Secrétaire général-adjoint
  • Christine MANIGAND, Responsable des publications

5 – Fixation des cotisations

Voir point 2, ci-dessus.

6 – Projets et perspectives

Les membres du bureau souhaitent établir le rythme d’une réunion annuelle du bureau. Elle pourrait se faire dans une ville facilement accessible (les capitales, par exemple : Londres, Bruxelles, Berlin, Paris, etc.).

Ont surtout été évoqués trois points :

  • La visibilité de l’association : à côté des activités (journées d’études ou colloques), il est important de rentrer dans une logique de coopération avec d’autres organisations d’historiens. Il s’agit de réfléchir avec elles aux convergences et synergies possibles. Des pistes ont été proposées : avec les associations de jeunes chercheurs ; avec certains comités nationaux du CISH (Congrès international des sciences historiques). A ce sujet, une connexion est possible avec RICHIE, avec des sessions-jointes, notamment lors de leur colloque à Budapest.
  • Ce travail de convergences prend tout son sens dans la perspective du Congrès du CISH en août 2020 à Poznan. T. Schramm, Vice-président de l’AIHCE, en est une des chevilles ouvrières. Le thème général portera sur l’Europe centrale. L’association doit être présente à ce congrès en portant avec d’autres un thème fédérateur, qui peut faire l’objet d’un colloque. Cela suppose une approche méthodique de façon à au début de 2017 avoir déblayé le terrain et pouvoir affiner notre proposition. Il est donc nécessaire de parvenir dans ce délai de 2 ans à une idée précise de ce que – et avec qui – nous souhaitons à le faire. Un calendrier s’impose donc : en 2016, fixation de nos idées ; en 2017, élaboration de nos propositions au CISH, au lendemain de la réunion du CISH à Moscou. Cela suppose également reprendre contact avec le CISH et voir la situation de notre adhésion.
  • Le prix de thèse : le bureau avait souhaité créer un prix de thèse (cf. réunion du 12 mars 2015). La discussion à l’Assemblée générale a révélé les difficultés matérielles de la mise en place de ce prix : langues du prix, moyens, dotation, règlement. Le secrétaire général est chargé de rédiger une note sur cette perspective, recensant l’ensemble des difficultés et esquissant un processus possible. Cette note servira de point de départ à une discussion sur ce point lors du prochain bureau.
  • D’autres points ont été évoqués : la perspective d’un colloque en 2018, pour les 50 ans de l’Association.

L’ensemble des participants a cependant en guise de conclusion insisté sur cette relance des activités et sur leur régularité.

Le professeur John Keiger, président de l’Association, après avoir constaté l’épuisement de l’ordre du jour et remercié les personnes présentes, clôt l’Assemblée générale de l’AIHCE à 16 heures.

In memoriam: Jacques Bariéty

Auteur: Chantal METZGER (Professeur émérite des Universités)

Notre association vient de perdre en la personne de Jacques Bariéty son président honoraire. Il fut surtout, de 1982 à 2010, le dynamique président de l’Association internationale d’histoire contemporaine de l’Europe, fondée en 1969 par Fernand L’Huillier après le printemps de Prague pour permettre aux historiens de l’Europe de l’Est de maintenir et de développer les contacts avec leurs collègues occidentaux. Grâce à son action, l’AIHCE est devenue un lieu scientifique privilégié de rencontres et d’informations entre professeurs et chercheurs de haut niveau travaillant sur l’histoire des relations internationales en Europe de 1815 à nos jours. Grâce à son action également, notre association s’est ouverte davantage aux pays de l’Est de l’Europe après 1989/1990. Il a toujours continué après avoir quitté la présidence de l’AICE à s’intéresser à ses activités.

Né à Paris le 11 janvier 1930, Jacques Bariéty nous a quittés le 20 novembre 2014, à la veille de son 85ème anniversaire. Fils d’un célèbre médecin pneumologue, il a fréquenté les Lycées Condorcet et Henri IV avant de se consacrer à sa passion, l’histoire, et de commencer ses études à la Faculté des Lettres de Paris.

Agrégé d’histoire, il a entamé une longue carrière d’enseignant dans l’Est de la France (lycée de Nancy en 1954) tout en débutant ses recherches sur les relations franco-allemandes et l’histoire de l’Allemagne. Ses premiers écrits portent sur Franz von Papen et l’accession de Hitler au pouvoir. Dès 1957, il participe aux travaux de la Commission interalliée d’étude des archives allemandes séquestrées à Whaddon Hall (Grande-Bretagne) aux côtés d’historiens américains et britanniques. Il se rend ensuite en Allemagne où il enseigne à l’Institut français de Bonn (1959) et devient, l’année suivante, membre de la Commission internationale de publication des archives diplomatiques allemandes. De 1968 à 1971, il dirige l’Institut français de Francfort-sur-le-Main.

Il entre dans la carrière universitaire en occupant, à son retour d’Allemagne en 1971, le poste de Maître assistant à la faculté des Lettres de Metz, avant de rejoindre l’université de Strasbourg où il occupera les fonctions de Directeur de l’Institut d’histoire contemporaine à partir de 1975. Il est nommé en 1979, Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris IV-Sorbonne et y restera jusqu’à son départ en retraite en 1996. Il était Professeur émérite.

Ses travaux portent tous sur les relations franco-allemandes. Sa thèse d’Etat sur Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale fut couronnée par le prix Gobert de l’Académie française en 1977. Il publie de nombreux livres avec ses collègues, Raymond Poidevin, Les relations franco-allemandes de 1875 à 1977, Jacques Droz, République de Weimar et régime hitlérien, Jean-Marie Valentin et Alfred Guth, La France et l’Allemagne entre les deux-guerres mondiales ; Pierre Miquel, Journal de Raymond Poincaré de 1919 ; René Pillorget, France-Bavière, allers-retours, 100 ans de relations franco-bavaroises. La plupart d’entre eux sont utilisés par des générations d’étudiants et prouvent aussi qu’il était très apprécié de ses collègues, spécialistes des relations franco-allemandes.

Il a aussi contribué à la publication de nombreux colloques de l’AIHCE et notamment à celui consacré à Aristide Briand, la Société des nations et l’Europe (1919-1932) en 2007. En 2011 paraissait son dernier livre, A la recherche de la paix France-Allemagne un commentaire des cahiers d’Oswald Hesnard, conseiller et ami d’Aristide Briand. Tous ces travaux illustrent l’importance et l’impact de son œuvre scientifique.

Reconnu au niveau national et international comme un grand spécialiste de l’Allemagne, J. Bariéty fut responsable de la publication des Documents diplomatiques français (années 1920), membre de la commission des archives du ministère des Affaires étrangères (1975-2011) et de 1981 à 2004, conseiller historique auprès du ministère des Affaires étrangères.

Son autorité scientifique le conduisit également à assumer diverses responsabilités au niveau universitaire puisqu’il fut membre élu du Comité consultatif des universités (1973-82) et du Comité national du CNRS (1976-82), et auditeur à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) (1980-1981).

Il était très apprécié de ses collègues et entretenait des relations notamment au sein de l’AIHCE avec des chercheurs de tous les pays d’Europe, mais aussi des Etats-Unis, du Canada et du Japon.

Par son enseignement, ses ouvrages, ses activités auprès de nombreuses instances, sa présence au sein du Comité scientifique de nombreuses revues, il a contribué à la formation de plusieurs générations d’historiens. Ils n’oublieront pas sa direction de recherche, ses interventions dans les soutenances, dans les débats, la fidélité de sa participation aux réunions organisées par les jeunes chercheurs. Cet historien, d’une immense culture, toujours clair et précis dans ses communications et ses interventions, a grandement contribué à faire connaître l’histoire des relations internationales à travers l’exemple franco-allemand dans le monde entier. Tous ses collègues, dont de ses nombreux anciens élèves, comme moi, sont infiniment touchés par cette perte.

L’Association d’Histoire Contemporaine de l’Europe

Robert Schuman et Jean Monnet
Robert Schuman et Jean Monnet – (c) Union européenne 2011

Adresse : Professeur John Keiger
University of Cambridge
Department of Politics and International Studies (POLIS),
University of Cambridge,
Room 321, Alison Richard Building, 7 West Rd,
CAMBRIDGE, CB3 9DT, UK
e-mail : jk586 [at] cam.ac.uk

  • Président : John Keiger (Cambridge)
  • Vice-présidents : Franz Knipping (Université de Wuppertal),
  • Tomasz Schramm (Université de Posnan)
  • Secrétaire général : Sylvain Schirmann (Université de Strasbourg)
  • Secrétaire général adjoint : Jean-François Fayet (Université de Genève)
  • Trésorier : Chantal Metzger (Université de Nancy 2)
  • Responsable des publications : Christine Manigand (France)

Membres

J. Charles Barthel (Centre R. Schuman de Luxembourg), Bruna Bagnato (Université de Florence), Ion Bulei (Université de Bucarest), Jean-François Eck (Université Charles de Gaulle – Lille), Frank Hadler (Université de Leipzig), Dusan Kovacs (Université et Académie Slovaque – Bratislava), Horst Möller (Université de Munich), Evgeniya Obichkina (MGIMO – Université de Moscou)

Activités 2010

  • Réunions du Bureau : 15-16 janvier 2010 à Paris
  • Assemblée générale : 27 août 2010 à Amsterdam dans le cadre du congrès du CISH

Publications

Depuis la dernière Assemblée générale (2005), l’association a publié :

  • Carole FINK, Frank HADLER, Tomasz SCHRAMM, (dir.), 1956, European and Global Perspectives, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2006
  • Jacques BARIETY (dir.), Aristide Briand, la Société des Nations et l’Europe 1919–1932, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2007
  • Marta PETRICIOLI & Donatella CHERUBINI (éds), Pour la paix en Europe. Institutions et société civile dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2007
  • Antoine FLEURY, Lubor JILEK (éds), Une Europe malgré tout (1945-1990). Contacts et réseaux culturels, intellectuels et scientifiques entre Européens dans la guerre froide, BRUXELLES, PIE Peter Lang, 2009
  • L’association a une collection chez PIE Peter Lang à Bruxelles, intitulée L’Europe et les Europes 19e et 20e siècles

Programme 2011

Réunions

  • Réunion du bureau à Munich en janvier 2011 avec journée d’études consacrée à la France dans la guerre froide. La date reste encore à fixer.
  • 2e réunion du bureau (lieu et date à déterminer)

Publications

  • Publications des actes du colloque 2010 , Formation et décomposition des États européens au XXe siècle et des travaux du thème 1 du congrès du CISH, Chute des Empires, thème 1 dont l’Association a été co-organisatrice.